Fiscalité et cryptomonnaie : le guide pratique

👉 Paymium vous rémunère pour trader le bitcoin 👈

💸 Tous les traders qui placent des ordres limites à l’achat ou à la vente sur la plateforme Paymium sont rétribués jusqu’à 0,1% du montant de leur ordre. Une petite révolution puisqu’on vous paye pour trader le bitcoin 🤑

Découvrir Paymium

Vous avez investi une bonne partie de votre capital dans les cryptomonnaies ? Vous avez réalisé des profits et souhaitez savoir à quel sauce vous allez être mangé par l’administration fiscale française ? Dans cet article, on vous dit tout ce qu’il faut savoir sur le sujet..

Avant toute chose, sachez que nous ne pouvons en rien nous substituer à un fiscaliste. Aussi, les données que nous indiquons ici sont à prendre comme source d’informations et non comme la sainte vérité. il est d’autant plus important d’être d’être conscient de ce fait que la taxation fiscale des cryptomonnaies pourrait être amenée à évoluer au fil du temps, sans parler du fait que celle-ci peut différer selon le pays dans lequel vous vous trouvez.

Néanmoins, tout ce que vous trouverez comme information dans cet article devrait vous aider à y voir plus clair sur le sujet. Les impôts, c’est un peu la hantise de tous. Nous voulons tous avoir l’esprit serein de ce côté-là et ne rien avoir à nous reprocher face à une administration fiscale française qui, il faut bien le reconnaître, fait tout pour compliquer la tâche aux contribuables qui ont investi dans la cryptomonnaie.

Stablecoins et fiscalité, ou comment échapper aux impôts de manière temporaire

Avant d’entrer plus en détail sur le sujet de la fiscalité des cryptos, vous devez savoir que seuls vos profits réalisés et vos gains transférés en monnaie fiat devront être déclarés. Inutile donc de paniquer si vous avez vendus vos cryptomonnaies en réalisant des profits gigantesques si vous avez encaissés vos gains en stablecoins et non converti ces derniers en véritable argent.

Les stablecoins, c’est quoi ?

Les stablecoins ne sont pas des cryptomonnaies à proprement parler au même titre que les cryptomonnaies que nous connaissons telles que le Bitcoin, l’Ethereum ou le Ripple. Les stablecoins sont adossés à une devise fiat, en l’occurrence au dollar. Un stabecoin vaudra toujours 1 usd dollars environ. Autant dire que, lorsque vous possédez des stablecoins, vous possédez, en réalité, des dollars.

Il existe de nombreux stablecoins, avec pour chacun d’entre eux, une particularité. Ainsi, l’USDT ou Tether est un stablecoin qui est adossé au dollar et seulement au dollar. Le Daï quant à lui, est adossé aux cryptos et au dollar. D’autres stablecoins algorithmiques, tel que feu l’UST, sont adossés à une cryptomonnaie propre. Les stablecoins les plus connus et les plus utilisés par les investisseurs dans la crypto sont, dans l’ordre d’importance, l’USDT, l’USDC, le BUSD, le DAI.

L’intérêt des stablecoins pour les impôts

Maintenant que vous avez pris connaissance des stablecoins, vous vous demandez peut-être, en tant que novice dans le milieu des cryptos, quel est l’intérêt des stablecoins ?

Là où les stablecoins prennent tout leur intérêt, c’est lorsque vous souhaitez effectuer des achats et des ventes de cryptomonnaies récurrents. Imaginez un peu si vous deviez, à chaque vente d’une crypto, être payé en monnaie fiat.. les choses seraient beaucoup plus compliquées à gérer.

D’autant plus compliqué que, c’est bel et bien en passant de la monnaie crypto, stablecoins compris donc, en monnaie fiduciaire, que vous seriez alors imposable ! La règle d’or est donc la suivante.. On reste en stablecoins aussi longtemps que possible ! Bien entendu, le jour où l’on souhaite profiter de nos bénéfices engendrés dans notre investissement en crypto, alors, l’on se doit de passer en monnaie fiat avec l’obligation de passer par la case impôt.

Certains d’entre vous penseraient peut-être avoir trouvé la parade en achetant leurs biens en payant directement en cryptomonnaie via leur carte Mastercard adossée à leur compte Binance, à leur compte Coinbase ou encore à leur compte Crypto.com. Désolé de vous le dire, mais, en payant en crypto de cette manière vous seriez également imposable, tout simplement car le passage en monnaie fiat, même si celui-ci est imperceptible pour vous, se ferait à chaque paiement effectué dans la vie réelle.

Ne cherchez pas plus loin, vous ne pouvez échapper aux impôts.. à part si vous restez en stablecoins et que vous ne transférez pas votre argent sur votre compte en banque. Notez, à ce titre, que vous n’avez pas besoin de rapatrier votre argent fiat sur votre compte en banque pour être imposable, le simple fait de faire un échange entre stablecoins et monnaie fiat sur votre échangeur suffira pour rendre ces fonds imposables aux yeux de l’administration fiscale.

Le taux d’imposition appliqué aux cryptomonnaies

Partons maintenant du principe que vous avez décidé d’encaisser réellement vos gains en monnaie fiat car vous jugez que vous avez réalisé assez de bénéfices à ce jour pour vous permettre d’en profiter un peu. A quel taux taux d’imposition allez-vous être imposé ? C’est ce que nous allons voir maintenant..

En tant que professionnel..

Traitons de suite le cas des professionnels car c’est le cas le moins usuel, la plupart des investisseurs en cryptos l’étant en tant que particulier.

Ainsi, est assimilé professionnel, toute personne qui effectuerait des ventes à titre habituel. Dans une telle situation, les gains seraient soumis à une imposition au titre de bénéfices industriels et commerciaux (BIC).

Ces investisseurs seraient donc soumis à une imposition au barème progressif de l’impôt et aux prélèvements sociaux. avec une déduction via un abattement de 50% pour le régime micro BIC. L’imposition s’élèverait alors à 60% dans le cas d’une tranche marginale d’imposition de 45%.

On se rend assez vite compte qu’il n’y a que peu d’intérêt à investir dans la crypto en tant que professionnel. Il est grandement préférable de se tourner vers le statut d’investisseur particulier. Ce statut représente, d’ailleurs, la très grande majorité des investisseurs sur le marché de la crypto.

Toutefois, dans les faits, il apparaît que la frontière entre le statut d’investisseur particulier et le statut d’investisseur professionnel est mince. C’est pourquoi, il faut faire attention à faire en sorte que le fisc ne nous considère pas comme un professionnel. Ce dernier, pour ce faire, se base sur le volume des transactions de crypto-actifs et sur la fréquence de trade. Aussi, si vous êtes un particulier et que vous effectuez de nombreuses transactions, chaque jour qui passe, surveillez bien le statut que le fisc aura retenu vous concernant.. votre taux d’imposition pourrait doubler dans le cas où c’est le statut professionnel qui vous aurait été adossé à votre insu !

En tant que particulier..

Concernant les investisseurs particuliers maintenant.. A ce jour, et ce, depuis 2019, le taux d’imposition appliqué aux cryptos est de 30%. Ce taux correspond tout simplement à la Flat Tax ou PFU (Prélèvement Forfaitaire Unique). C’est donc le taux qui sera appliqué à vos bénéfices engendrés et à vos gains encaissés en monnaie fiat.

Ces 30% de taxation fiscale sont décomposés en 17.2% de prélèvements sociaux et 12.8% de prélèvements fiscaux. Vous ne pouvez pas, à l’heure actuelle, être imposé au titre du barème progressif de l’impôt. Aussi, si vous n’étiez pas imposable de par votre travail au smic et que vous pensiez trouver un avantage en déclarant vos plus-values sur le statut de l’impôt progressif, revoyez votre copie, cela n’est pas possible actuellement.

Il ne vous sera pas non plus possible de bénéficier d’un crédit d’impôt évidemment puisque vous ne pourrez vous acquitter du prélèvement fiscal issu de la PFU. Ceci étant dit, voyons maintenant ensemble comment calculer la somme que nous devrons régler à l’administration fiscale française.

Navré de vous le dire mais, le calcul n’est pas aussi simple que vous le pensez. Ainsi, un investisseur qui souhaiterait encaisser une plus-value en monnaie fiduciaire de, disons, 10 000 euros, ne serait pas forcément imposé à hauteur de 3 000 euros. C’est, au premier abord, ce que l’on pourrait être tenté de croire, pour autant, ce n’est pas ainsi que les choses se passent, malheureusement.

La déclaration de vos impôts n'a jamais été aussi simple
La déclaration de vos impôts n’a jamais été aussi simple

La valeur de notre portefeuille et de nos bénéfices latents entrent en jeu dans le calcul de l’imposition

Un facteur supplémentaire entre en jeu pour le calcul du revenu qui sera en réalité imposable. Ce facteur, c’est celui des bénéfices latents. Ainsi, une personne qui a investi la même somme de départ, qui souhaite retirer également un même montant, mais qui n’a pas réalisé les mêmes performances sur le marché de la cryptomonnaie, ne sera pas imposé de la même manière.

Dit de manière plus simple, plus vos bénéfices latents seront importants au moment de votre passage en monnaie fiat, plus votre montant à payer à l’administration fiscale sera élevé. Cela peut paraître injuste car ces plus-values entrant dans la formule de calcul ne seraient elles non encaissées, mais il en est ainsi. Aussi, pour calculer le montant dont vous devrez vous acquitter au fisc, vous devez connaître la valeur de votre portefeuille numérique à l’instant t.

Autre facteur qui sera également pris en compte pour le calcul des impôts, celui relatif au montant initialement déposé sur votre compte crypto. Encore un élément qui vient compliquer le calcul. Il n’y a pas à dire, l’administration fiscale française fait vraiment tout pour nous simplifier la vie en 2022.

Plus sérieusement, espérons que les choses changent vite car cela devient un vrai casse-tête pour déclarer nos impôts. En effet, pour les investisseurs qui possèdent plusieurs comptes en cryptomonnaies, les choses ne sont vraiment pas simples. Comment pourrions-nous connaître la valeur totale de notre portefeuille à l’instant t alors que cette même valeur est sujette à variation constante ?

De plus, comment nous y retrouver lorsque nous réalisons des dépôts en monnaie fiat de manière récurrente sur le marché de la crypto en tant qu’investisseur ?

Heureusement qu’il existe depuis peu des sociétés qui sont là pour nous aider. Je pense à Waltio, par exemple, qui est un véritable assistant pour la fiscalité de nos cryptos. Waltio calcule pour nous quel montant nous devrons payer aux impôts, en se connectant directement aux différentes plateformes d’échanges en cryptos sur lesquelles nous sommes inscrits et sur lesquelles nous avons investi de l’argent et réalisé des bénéfices.

La formule pour calculer les revenus imposables

Cependant, il se peut que vous n’ayez pas envie d’avoir recours à un tel service payant. Car oui, Waltio est payant et cela est tout naturel vu les services qu’il nous rend. Le prix de l’abonnement est d’ailleurs, à ce titre, relativement bas et celui-ci demeure accessible. Pour en savoir plus, consultez notre article dédié à Waltio.

Il existe donc une formule qui vous permet de calculer, de par vous-mêmes, le montant à déclarer aux impôts. La voici :

Cash out – (cash in x (cash out x 100 / valeur du portefeuille au moment de la vente))

Prenons un exemple de sorte à ce que cette formule soit plus parlante. Imaginons une personne qui a acheté pour 10 000 euros de cryptos en 2021. En 2022, son portefeuille a doublé, il est désormais de 20 000 euros et elle désire prendre des bénéfices à hauteur de 5 000 euros.

Voici le calcul qui serait alors appliqué :

5 000 – ( 10 000 x (5 000 x 100 / 20 000)) = 5 000 – (10 000 x 25%) = 5 000 – 2 500 = 2 500 euros

Dans ce cas, cette personne devrait payer au fisc 30% de 2 500 euros, soit 750 euros.

Prenons l’exemple maintenant d’une autre personne qui a, au moment de l’encaissement de ses gains en monnaie fiat, non pas un portefeuille qui aurait doublé de valeur, mais qui aurait simplement engendré des bénéfices à hauteur de 10%. Reprenons donc la formule de référence..

5 000 – ( 10 000 x (5 000 x 100 / 11 000)) = 5 000 – (10 000 x 45%) = 5 000 – 4 500 = 500 euros

Dans ce cas précis, vous pouvez voir que l’investisseur en crypto qui souhaite retirer une somme identique ne devra, en réalité, pas s’acquitter de la même somme puisque ce dernier devra payer aux impôts « seulement » 30% de 500 euros, soit 150 euros.

Pourtant, l’investissement initial des deux personnes est le même et l’argent qu’ils souhaitent retirer également. La seule chose qui a changé, au final, c’est bel et bien la valeur de leur portefeuille au moment du passage en monnaie fiat de leurs plus-values.

Dans le premier cas, le portefeuille a engendré un bénéfice latent de 100%, dans le second cas présenté ici, un bénéfice latent de seulement 10%. Ainsi, l’administration fiscale prend en compte nos bénéfices latents et non pas uniquement nos plus-values que l’on souhaite retirer.

waltio
Waltio, votre assistant virtuel pour la déclaration des impôts de vos revenus imposables en cryptos

Quel formulaire fiscal remplir ?

Il existe un formulaire dédié à la déclaration fiscale de nos plus-values générées sur le marché des cryptos. Ce formulaire, c’est le formulaire 2086.

Au vue de la complexité de la déclaration des revenus imposables en cryptomonnaies, il va de soit qu’il est vivement recommandé de déclarer ses impôts en ligne et non via le support papier.

N’oubliez pas le calcul de vos moins-values !

Le calcul des moins-values doit être également effectué. Là encore, on peut se demander comment calculer ce dernier sans l’aide d’un assistant ! Cela semble mission impossible.

C’est pourquoi vous devez effectuer un suivi régulier et constant de votre ou de vos portefeuilles de crypto-actifs.

Il ne semble pas y avoir d’autres alternatives que de devoir s’abonner à des tels services d’assistance de déclaration d’impôts. Sur Waltio, par exemple, le montant de la plus-value et de la moins-value est calculé de manière automatique sur un an. Les rapports peuvent être générés et rapatriés. C’est un gain de temps considérable.

Dans quel cas nous n’avons rien à déclarer lors d’un retrait de plus-value ?

Il existe une exception à la règle. Dit autrement, il existe un cas où nous n’avons rien à déclarer à l’administration fiscale et nous ne sommes pas imposable lors d’un retrait de bénéfices. Génial, pensez-vous ! Euphorie de courte durée lorsque vous apprendrez que ce cas s’applique si vos plus-values enregistrées sont inférieures à .. 305 euros par an. Autant dire que cette exception n’en est pas vraiment une, n’est-ce pas.

La déclaration de comptes à l’étranger, un autre passage obligatoire pour l’investisseur en cryptomonnaies !

Tout compte en cryptomonnaie que vous détenez, ou que vous avez détenu, doit être déclaré à l’administration fiscale. Cette règle vaut même si vous n’avez réalisé aucune opération sur ce compte à proprement parler situé à l’étranger.

Il s’agit ici de simplement informer l’administration française que vous détenez un compte à l’étranger, et ce, peu importe les plus-values ou moins-values engendrées.

Toute personne n’ayant pas réalisé cette déclaration en ligne lors de sa déclaration d’impôt pourrait être passible d’une amende forfaitaire de 750 euros par compte détenu à l’étranger qui serait non déclaré et ce, chaque année. De plus, cette amende pourrait être revue à la hausse dans le cas où le pays dans lequel se situerait le siège social de la société gérant votre compte n’aurait pas conclu avec la France une convention de lutte contre la fraude fiscale.

Faites le calcul vous-mêmes. Dans le cas où vous possédez une dizaine de comptes à l’étranger – et cela arrive bien plus souvent que l’on ne le pense dans l’univers de la crypto -, vous auriez donc à vous acquitter d’une amende de 7 500 euros, ce qui représente, il faut bien l’admettre, une somme importante, somme que l’on aurait pu se soustraire si vous avions simplement rempli le formulaire en question.

Le formulaire pour déclarer nos comptes d’actifs numériques à l’étranger

Il s’agit du formulaire 3916 Bis. Vous devrez, lorsque vous remplirez la feuille de vos impôts en ligne, ce qui, encore une fois, est vivement recommandé plutôt que de passer par la version papier d’un autre temps, cocher la case « Déclaration annexes », ce qui vous ouvrira l’accès au formulaire 3916 Bis.

Pour remplir comme il se doit le formulaire 396 Bis, vous devrez avoir en votre possession certaines informations dont, tout d’abord, les caractéristiques du compte (compte épargne, compte courant, compte actifs numériques), l’intitulé du compte, le numéro du compte, la date d’ouverture du compte et, enfin, l’url du site de la société gérant votre compte.

Pour vous faciliter la tâche et ne pas perdre de temps à rechercher ces informations, nous avons, pour vous, récolté ces données. Ainsi, en fonction du compte à l’étranger que vous détenez, vous reporterez sur votre formulaire 3916 Bis, les informations suivantes adéquates.

Coinbase : 

  • Désignation de l’organisme gestionnaire du compte : Coinbase Europe Limited
  • Adresse de l’organisme gestionnaire : 70 Sir John Rogerson’s Quay, Dublin D02 R296, Irlande
  • URL du site internet : www.coinbase.com

Binance : 

  • Désignation de l’organisme gestionnaire du compte : Binance Europe Services Limited
  • Adresse de l’organisme gestionnaire : LEVEL G (OFFICE 1/1235), Quantum House, 75 Abate Rigord Street TA’ XBIEX, XBX 1120 Malta
  • URL du site internet : www.binance.com

eToro :

  • Désignation de l’organisme gestionnaire du compte : ETORO (EUROPE) LIMITED
  • Adresse de l’organisme gestionnaire : Kanika Business Center, 4 Profiti Ilia Germasogeia, 4046 Cyprus
  • URL du site internet : www.etoro.com

Kraken :

  • Désignation de l’organisme gestionnaire du compte : PAYWARD LTD.
  • Adresse de l’organisme gestionnaire : Payward Ltd. 6th Floor, One London Wall, London, EC2Y 5EB, UNITED KINGDOM
  • URL du site internet : www.kraken.com

Crypto.com :

  • Désignation de l’organisme gestionnaire du compte : MCO MALTA DAX LIMITED
  • Adresse de l’organisme gestionnaire : LEVEL 7, Spinola Park, Triq Mikiel And Borg St. Julians, SPK 1000 Malta
  • URL du site internet : www.crypto.com

FTX :

  • Désignation de l’organisme gestionnaire du compte : FTX Trading LTD
  • Adresse de l’organisme gestionnaire : Lower Factory Road, St. John’s, Antigua & Barbuda
  • URL du site internet : www.ftx.com

KuCoin : 

  • Désignation de l’organisme gestionnaire du compte : Vistra Corporate Services Centre
  • Adresse de l’organisme gestionnaire : Suite 23, 1er étage, Eden Plaza, Eden Island, Mahé, République des Seychelles
  • URL du site internet : www.kucoin.com

SwissBorg : 

  • Désignation de l’organisme gestionnaire du compte : SwissBorg Solutions OU
  • Adresse de l’organisme gestionnaire : Roosikrantsi tn 2-1091 Tallinn, 10119 Estonia
  • URL du site internet : www.swissborg.com

Gemini :

  • Désignation de l’organisme gestionnaire du compte : Gemini Europe Services LTD.
  • Adresse de l’organisme gestionnaire : 3rd Floor Suite 1 11 – 12 St. James’s Square LONDON, SW1Y 4LB United Kingdom
  • URL du site internet : www.gemini.com 

BitPanda :

  • Désignation de l’organisme gestionnaire du compte : Bitpanda GmbH
  • Adresse de l’organisme gestionnaire : Campus 2, Jakov-Lind-Straße 2, 1020 Vienne, Autriche
  • URL du site internet : www.bitpanda.com

Tous les comptes relatifs à la crypto dont le siège social est situé en France ne devront pas être déclarés sur le formulaire 3916 Bis. Par exemple, Nexo, qui est une plateforme d’investissement et de staking en crypto, est situé en France. Inutile donc de déclarer à l’administration française votre compte Nexo, si vous possédez un tel compte.

waltio
Waltio, pour une déclaration fiscale sans accroc

La fiscalité des cryptomonnaies en 2023, les changements à venir

Au 1er janvier 2023, des changements sont prévus concernant la fiscalité des cryptomonnaies en France. Passons en revue quels seront ces changements tant annoncés.

Statut particulier vs statut professionnel.. la clarification

Tout d’abord, le législateur a voulu clarifier la situation concernant le statut de l’investisseur. Nous avons vu, un peu plus haut, que la frontière entre un investisseur particulier qui agissait pour son propre compte et un investisseur professionnel qui agissait dans le cadre de la gestion de patrimoine d’autrui était ténue.

C’est pourquoi les choses seront amenées à être revue dès la début de l’année 2023. A cette date, peu importe que vous effectuiez de très nombreuses transactions et un volume de trade marqué ou non, dans tous les cas, vous serez soumis, au statut de l’investisseur particulier.

L’imposition au titre du barème progressif de l’impôt deviendra possible

Autre point important à relever, et nous avons déjà évoqué ce sujet un peu plus haut dans cet article, celui relatif à la déclaration même des revenus imposables et au barème choisi. Jusqu’ici, comme déjà dit, vous n’aviez pas la possibilité de déclarer vos revenus imposables en cryptos au titre du barème progressif. Vous étiez assujetti à la Flat Tax et à rien d’autre.

A partir de 2023, vous aurez la possibilité, si vous le désirez, d’être imposé au titre du barème progressif de l’impôt. Ainsi, en admettant que vous ne soyez pas imposable, vous ne payeriez alors que 17.2% d’impôt et non plus 30%. Ces 17.2% correspondant aux prélèvements sociaux. A noter également que la CSG sera déductible de vos revenus imposables à hauteur de 6.8%.

Revenus imposables dans la catégorie BNC et non plus BIC pour les professionnels

En 2023, les professionnels présents sur le marché de la crypto ne déclareront plus leurs plus-values en tant que bénéfices industriels et commerciaux mais en tant que bénéfices non commerciaux. Ces derniers seront soumis au barème de l’impôt et aux prélèvements sociaux.

En conclusion,

Comme vous le voyez, des modifications devraient être apportées et entrer en vigueur à partir du 1er janvier 2023. Tout cela va dans le sens de la clarification et de l’intérêt des investisseurs en cryptos. Pour autant, restons sur nos gardes. Il est clairement établi que la France, et plus généralement, la commission Européenne, voient d’un très mauvais œil les cryptomonnaies.

Il existe d’autres solutions que nous n’avons pas évoqué ici car celles-ci entraient dans un cadre tout autre. Il s’agit de l’expatriation. Il est vrai que certains pays sont beaucoup plus crypto-friendly que la France, c’est peu de le dire. Ainsi, le Portugal ou encore l’Allemagne peuvent être des pays d’expatriation où il pourrait être intéressant de se domicilier, au moins le temps d’encaisser nos bénéfices et ce, afin de profiter d’une fiscalité avantageuse.

Ces solutions demeurent, toutefois, il faut bien le reconnaître, assez compliquées à mettre en place, et il est évident que, pour le commun des mortels et, à moins d’être devenu millionnaire en cryptos, le jeu ne vaudra pas la chandelle de déménager dans un pays étranger et de quitter la France. D’autant plus que la législation est en train d’évoluer un peu partout en Europe. Il est donc, actuellement, difficile d’avoir une vue d’ensemble claire sur un horizon de temps au-delà de deux ans.

La meilleure chose que vous pourriez faire, au final, serait, tout simplement, de convertir vos gains en stablecoins, de staker ces derniers sur des sites tels que Celsius, Nexo ou sur des protocoles décentralisés, si vous souhaitez obtenir des taux de rendements plus élevés, en attendant des jours meilleurs sur le marché de la crypto. Lorsque ces jours meilleurs arriveront, alors, vous disposeriez d’un capital très intéressant pour vous repositionner sur le marché et ainsi engendrer d’avantage de bénéfices.

Ceci étant dit, chacun déterminera quelle sera la meilleure stratégie à adopter. Il n’existe pas une stratégie qui serait meilleure que les autres car, même le fait de staker nos bénéfices engendrés en stablecoins n’est pas sans risques. Finalement, on pourrait se dire que, tant que ces bénéfices ne sont pas transformés en monnaie fiat sonnant et trébuchant, nous serions simplement en présence de bénéfices latents.. En effet, l’aventure du stablecoin UST et là pour nous rappeler que rien n’est vraiment acquis dans le monde de la crypto.

Rien n’est vraiment acquis dans le monde de la finance non plus car, qui nous dit que le fait de convertir nos stablecoins en monnaie fiat ne nous exposerait pas, dans les années à venir, à une perte de pouvoir d’achat conséquente via l’hyper inflation qui guette ? Qui nous dit que l’Euro ou le dollar ne seront pas des monnaies qui disparaîtront dans un avenir proche ? La monnaie fiduciaire n’est-elle pas une monnaie qui est vouée à tendre vers zéro au fil du temps ?

Dans tous les cas, vous devez absolument être en règle vis à vis de l’administration fiscale et du droit de votre pays si vous souhaitez pouvoir dormir sereinement ! Ne pensez pas que vous êtes à l’abri. Personne ne l’est et il est évident que les administrations travaillent en étroite collaboration avec les CEx tels que Binance, Coinbase.. Ils sont en mesure de savoir si vous avez gagné de l’argent, combien vous avez gagné et combien vous avez déclaré de plus-values. Alors, ne jouez pas au plus malin, car, à ce petit jeu-là, vous perdriez ! Simple recommandation de bon sens.

Acheter des cryptos avec eToro

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

bitcoin
Bitcoin (BTC) 16.107,31
ethereum
Ethereum (ETH) 1.207,31
tether
Tether (USDT) 0,949999
bnb
BNB (BNB) 277,19
usd-coin
USD Coin (USDC) 0,949050
binance-usd
Binance USD (BUSD) 0,949999
xrp
XRP (XRP) 0,377341
dogecoin
Dogecoin (DOGE) 0,097070
cardano
Cardano (ADA) 0,309110
matic-network
Polygon (MATIC) 0,877773